Sacs à dos et équipement

Voilà plus de 6 mois que nous avions commencé à réfléchir à la question des sacs à dos et de notre équipement pour un tour du monde. Car à bien y penser, le sac à dos, c’est un peu comme la coquille de l’escargot, c’est une petite maison. Alors bien sûr, une maison ça se pense… Et ça se pense bien !

D’abord, il a fallu choisir quelle taille de sac prendre ? Car hors de question de se trimbaler 20 kilos chacun. Il faut fixer des limites dès de le début pour être sûr de pas être tenté de tout emmener. Après quelques essayages, nous avons opté pour un sac 65+10 litres pour Tom et un 50+10 litres pour moi, car une fois remplis de poids en magasin, ils étaient largement assez lourds.

Vient ensuite la question « Quoi emmener ? » Et là, un peu de stratégie s’impose. Comment passer d’un mode de vie ultra confortable où l’on a tout à portée de main au strict-minimum ? Ou juste minimum, c’est déjà pas mal. Il a fallu faire des concessions, c’est sûr. Ai-je vraiment besoin de ça ? Est-ce que ce n’est pas trop lourd ? Six mois de réflexion n’étaient pas de trop. Au départ, nous nous étions fixé dix kilos sur le dos pour Tom et huit pour moi. Alors comment dire… c’était peut être un peu ambitieux. Car avant même d’avoir réuni tout le matériel, après une pesée scrupuleuse de chaque objet ou vêtement, nous avions déjà dépassé ces limites. Il a donc fallu encore restreindre la liste de ce que l’on emmène. Mais la difficulté est que nous avons besoin de vêtements chauds, et donc lourds et encombrants, puisqu’en ce moment les températures en Chine avoisinent le zéro degré. Alors on a supprimé un slip par ci, une paire de chaussettes par là, un tee-shirt en ici, et tant pis pour les coussins gonflables… Mais même comme ça, impossible d’atteindre de près ces huit et dix kilos idéaux. Alors comme les limites sont faites pour être bousculées, et bien on ne s’est pas gênés, même si notre dos n’en est pas ravi. Il faut dire que nous aurions pu faire l’impasse sur des éléments qui pèsent beaucoup :  le matériel photo/vidéo et l’ordinateur mais impossible pour nous, passionnés d’Image, d’y penser. C’est donc un choix que d’emmener ces quelques quatre kilos supplémentaires.

Finalement, c’est un sac à dos de 12 kilos + un petit sac de 5 kilos pour Tom et 10 kilos + 4 kilos pour moi. Bien évidemment, nous avons prévu d’expédier par courrier ce qui ne nous sera plus utile une fois passé le froid, ainsi que ce qui se révèlera finalement inutile. Il ne faut pas oublier non plus que les gros sacs nous suivront uniquement dans les transports de ville en ville. Ils resteront à l’auberge la journée.

sacs.jpg

Chaque sac possède une housse imperméable en cas de pluie, et nous avons des housses spéciales pour les protéger dans les transports.

Voici donc le détail de l’équipement que nous emmenons avec nous :

Vêtements

Les vêtements d’Anne-So

vetement Anneso

Les vêtements de Tom :

vetement Tom

Pour chacun de nous deux :

Sous-vêtement pour 6 jours

6 paires de chaussettes

1 tee-shirt manches longues

3 tee-shirt manches courtes

1 chemise

1 pull léger

1 tee-shirt et 1 collant thermiques

1 polaire

1 pantalon 2 en 1

1 pantalon de ville

1 short

1 maillot de bain

1 veste technique en Sympatex

1 petite veste Soft-shell

1 paire de chaussures de randonnée légères

1 paire de baskets ultra-légères

1 paire de tongs

1 poncho de pluie

1 casquette

1 paire de gants

1 chech

1 tour de cou polaire

1 paire de lunettes de soleil

 

Sommeil et hygiène

hygiène sommeil

1 sac de couchage chacun

1 drap de sac chacun

1 serviettes de toilette chacun

1 kit de coussin tour de cou et un loup chacun pour les transports

2 taies d’oreiller à remplir avec des vêtements (renvoyés)

1 moustiquaire pyramidale

1 trousse de toilette avec : brosse à dent, dentifrice, déodorant, savon, shampooing solide, crème hydratante, stick à lèvre, pince à épiler, rasoir, coupe ongles, oriculi (pour se nettoyer les oreilles de manière écologique), brosse à cheveux, boules quies, mini lingettes nettoyantes, mini flacon de gel antibactérien

Santé 

secours

1 kit de premier secours avec des bandages, des lingettes désinfectantes, 2 couvertures de survie.

1 trousse à pharmacie avec tout ce que le médecin du voyage nous a conseillé d’emmener (anti-diarrhéiques, anti-histaminique, paracétamol, comprimés rhume et grippe, antibiotiques) ainsi que des comprimé de décontamination de l’eau.

Equipement et outils

outils

2 pailles filtrantes pour l’eau

1 couteau suisse

2 fourchette-cuillère-couteaux en même temps

2 lampes frontales

1 lampe dynamo

1 mini rouleau de scotch tissé

1 pierre à feu

1 sifflet

1 boussole

4 mini câbles anti-vol pour attacher les sacs si besoin

2 cadenas à code

4 mousquetons

1 petite pochette imperméable

1 sac imperméable pour faire la lessive ou protéger des objets

1 ventouse bouche évier

Quelques pinces à linge

1 fil à linge de voyage

1 lessive liquide ultra-concentrée

1 savon à tout faire du Dr Bronner

1 kit de couture

 

Matériel photo/vidéo

numérique

1 appareil photo Canon 70D + Objectif 18-70mm + Objectif 50mm (renvoyé, je ne l’utilisais pas)

1 Gopro Hero 4 + ses accessoires (on a renvoyé les accessoires et la boite, on a juste acheté une perche et une poignée bouée pour filmer sous l’eau)

1 mini steadycam éléctronique pour la gopro (renvoyé, encombrant et trop de contraintes à l’utilisation)

1 Macbook Pro 13″

1 disque dur ultra fin 2To

1 batterie portable 1200 mah

1 liseuse chacun avec plein plein de livres dedans

1 enregistreur de coordonnées GPS pour enregistrer tous nos déplacements et vous les montrer ici

1 multi-prise – chargeur usb – adaptateur universel tout en un

1 vieille ipod

Et plein de câbles pour tout ça

On emmène aussi nos téléphones, le mien gardera son numéro français pour recevoir vos messages… Et celui de Tom servira si l’on veut prendre une carte sim du pays.

 

Bidouilles

accessoires

1 carnet de notes

1 trousse avec un stylo, 1 marqueur, 1 crayon à papier, et quelques post-it

1 jeux de cartes

Nos cartes de visite pour garder contact avec les gens que l’on rencontrera

1 guide et 1 carte que l’on enverra par la poste une fois que nous aurons quitté la Chine

Un globe gonflable pour expliquer plus facilement d’où on vient et où on va.

Le petit livret G’palémo du Routard pour s’en sortir en cas de galère : plein de pictogrammes pour se faire comprendre sans la langue.

Plein de ballons a sculpter pour les enfants. Nous emmenons aussi une vingtaines de lots de mini crayons de couleurs à leur offrir… Difficile de trouver des petits cadeaux pertinents et légers.

Voilà, vous savez tout. Enfin non, vous ne savez pas que j’ai passé des heures et des heures à ranger et défaire tout ça dans les sacs, pour trouver l’organisation ultime qui permet que tout soit facile d’accès, logique et facilement rangeable. Et surtout que tout tienne dans chaque sac. Mais c’est fait ! Hourra, on est prêts !!!

IMG_2695

 

 

 

 

 

 

Publicités

Les vaccins

 

Lorsque l’on parle de notre futur voyage autour de nous, il y a une phrase qui revient à chaque fois : « Soyez prudents hein ! ». Bon, ça nous parait évident en effet. Alors parmi les démarches et les préparatifs il a fallu penser à une partie moins agréable : les vaccins. Car partir à l’aventure oui, mais partir protégé, c’est mieux. Et même si aucun vaccin n’est imposé, quand on sait les dégâts que peuvent faire certaines maladies, on ne se pose pas trop de questions.

Dans un premier temps, nous nous sommes renseignés sur internet. Les recommandations sanitaires de chaque pays sont disponibles sur le site du service public. Nous avons aussi consulté les avis et témoignages d’autres tour-du-mondistes, ce qui nous a permis de faire une liste des vaccins que nous envisagions de faire et ceux qui nous questionnaient.

En octobre, nous avons rencontré un Médecin spécialiste du voyage au service des Maladies Infectieuses et Tropicales du CHR d’Orléans. Ensemble nous avons fait le point sur ce qui était nécessaire et ce qui l’était moins. L’entretien a duré presque 2 heures. Tom a trouvé ça troooooop long. Bon moi aussi, mais au moins, le médecin a pris son temps pour tout nous expliquer et nous laisser le temps de réfléchir. Mieux qu’un généraliste, elle a pu nous expliquer les origines et symptômes des différents virus, de leurs zones d’endémies, ainsi que des moyens de préventions.

Et le pire, c’est qu’à la fin de ces 2 heures, elle a sorti un arsenal de seringues et nous a fait relever nos manches : au total 4 pour Tom et 6 pour moi… pour le moment mouahahahah. Et oui, car certains vaccins nécessitaient un voire deux rappels.

IMG_1941.jpg

Au final, nous avons fait tous les vaccins recommandés par le médecin, même s’il ne s’agit que de précautions. Nous préférons assurer nos arrières.

Pour en savoir plus, on vous propose un petit tour d’horizon des vaccins que nous avons effectués ainsi que du budget associé à ces fichues injections.

Le D.T. Polio

Celui-ci on en a tous entendu parler, et on l’a déjà d’ailleurs tous subit. Le D.T. Polio lutte contre la Diphtérie, le Tétanos et la Poliomyélite. Il s’agit de trois maladies très dangereuses, mortelles même dans leur forme virulente, et cette association de vaccins est obligatoire en France. Il a donc fallu s’assurer que nous soyons à jour de vaccination, et bien évidemment c’était pour ma pomme.

Bon heureusement, ce vaccin est une dose unique et le prochain rappel se fera dans 20 ans, ouf. De plus, il est remboursé par la sécurité sociale.

La fièvre jaune

Cette maladie grave est transmise par le moustique. La vaccination est obligatoire pour voyager dans de nombreux pays tropicaux et équatoriaux. L’entrée dans ces pays est généralement refusée dès l’aéroport d’arrivée, avant toute autre formalité administrative, si on ne peut présenter un carnet de vaccination international à jour pour cette vaccination. Ce vaccin n’est effectué que dans les centres de vaccination habilités.

Une seule injection protège l’individu sans doute à vie mais la recommandation officielle reste d’une validité de 10 ans en attendant qu’il en soit statué autrement. Le médecin du CHR nous a confirmé que la protection à vie sera validée d’ici un an.

Tom était déjà vacciné. Quant à moi, j’ai dû faire une injection qui a coûté 24 euros. Le médecin m’avait prévenue que celle-ci pourrait provoquer de la fièvre dans les jours a venir, alors bien évidemment je n’ai pas pu sortir du lit le lendemain.

1.png

L’encéphalite japonaise

Avant de nous renseigner et d’échanger avec le médecin, nous hésitions à faire ce vaccin car nous ne connaissions pas ce virus. Mais je dois avouer qu’il nous a bien fait flipper. Jugez donc : dans 1/3 des cas l’encéphalite japonaise entraine de graves séquelles neurologiques, dans 1/3 des cas elle provoque un coma, et dans 1/3 des cas la mort… Le virus est transmis par un moustique, et les zones rurales sont de fait particulièrement à risques.

Comme nous allons barouder en dehors des villes, nous avons joué la carte de la sécurité, même si nous avons prévu de combattre les moustiques à coup de spray, de manches longues et de moustiquaire. Ce vaccin a nécessité 2 injections à 75 euros la piqure.

2.png

L’hépatite A

L’hépatite A se transmet essentiellement par l’absorption d’eau ou d’aliments souillés par des matières fécales. Une hygiène précaire favorise donc la transmission de la maladie. Les épidémies d’hépatite A se produisent encore à cause d’une mauvaise hygiène des mains parmi les personnes infectées, parfois des employés de restaurant présentant des symptômes et négligeant de se laver les mains après leur passage aux toilettes. Bon appétit !

Le vaccin s’effectue en une seule injection à laquelle nous avons tous deux eu droit pour 30 euros.

3.png

L’hépatite B

L’hépatite B est l’une des maladies humaines les plus fréquentes. Elle entraine une inflammation du foie. La transmission du virus se fait par l’intermédiaire des liquides et sécrétions biologiques. Ce vaccin apparaissait indispensable en cas d’hospitalisation dans des pays au conditions sanitaires douteuses, les transfusions sanguines à risques étant l’un des principaux modes de transmission.

Vaccinés durant la petite enfance, nous avons fait une analyse de sang permettant de tester notre immunité. Mon taux d’anticorps s’est avéré suffisant pour ne pas avoir à refaire le vaccin. Mais ce coup-ci, c’est Tom qui s’est refait piquer car chez lui, ils sont trop peu nombreux.

4

La typhoïde

Elle est causée par une bactérie du genre des salmonelles présente dans l’eau et les aliments contaminés par les matières fécales (Encore !). C’est une infection qui se transmet donc par voie alimentaire et sévit essentiellement dans des pays d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie où les conditions d’hygiène sont précaires. La vaccination ne doit pas dispenser de certaines précautions élémentaires. Le médecin nous a bien rappelé de ne pas boire l’eau locale ni manger de nourriture crue ou de viande peu cuite.

Nous avons tous deux fait cette injection pour 35 euros chacun. Le vaccin reste efficace environ 3 ans.

5.png

La rage

Celle-ci, on la connaît bien. Elle se transmet le plus souvent par morsure, mais peut aussi être transmise par simple léchage. À la suite du contact, le virus ne met que quelques heures à atteindre le système nerveux central, entrainant de manière quasiment inévitable la mort. Le vaccin préventif contre la rage n’empêche pas l’infection. Cependant, il permet de ralentir le voyage du virus le long des nerfs vers le système nerveux central, laissant alors plus de temps pour atteindre un centre de soin afin de recevoir la vaccination curative.

Pour celui-ci aussi nous avions hésité. Mais encore une fois, comme nous pensons nous retrouver en zone rurale voire très isolée, le principe de précaution s’impose.

Pour être vacciné contre la rage, il a fallu subir 3 injections sur 1 mois, pour un total de 90 euros. Le vaccin préventif est valable à vie.

7.png

Au final, je bas Tom de justesse avec un total de 9 injections contre 8 pour lui. Et même si nos bras s’en souviennent, ce n’était pas si traumatisant. Et même au niveau du portefeuille, nous avions estimé bien plus d’après nos recherches internet. Nous avons dépensé utilement environ 300 euros chacun. Cette somme comprend le prix des différentes injections, deux consultations au CHR ainsi que deux consultations (à deux) chez le généraliste pour effectuer les rappels.

Et avec tout ça, on part plus serein…

Edit : Juste avant de résilier notre mutuelle, nous avons envoyé les ordonnances et factures des vaccins non remboursés par la Sécurité Sociale (Soit tous sauf le DTPolio). Finalement, elle nous a remboursé 240 euros, ce qui réduit la facture à 180 euros chacun. Il faut donc bien penser à regarder les garanties de votre mutuelle si vous effectuez des vaccins pour un voyage. La notre remboursait 40 euros par vaccin, limité à 3 vaccins par an.

Mais en fait, on part où ?

C’est décidé, nous partons faire le tour du monde.

C’était clair dans nos têtes. On quittait tout, appartement, boulot, amis, famille, pour aller à la conquête du globe. Un sac à dos, une paire de chaussures de rando et nous voilà partis. Mais une question qui a toute son importance s’est alors imposée à nous : Mais en fait, on va où ? Car oui, le monde, mine de rien, c’est vachement grand.
Alors dans un monde de licornes et d’arcs-en-ciel, on irait partout. Puisque dans ce monde là, le temps et l’argent (et l’administratif), ce n’est pas un souci. Mais dans le notre, il faut faire des choix. Si vous nous connaissez, vous savez que choisir ce n’est pas trop notre truc, et si vous avez saisi comment ce désir d’aventure est né, vous comprenez aussi que laisser des idées de côté et restreindre ses envies n’est pas le mot d’ordre.

Mais tout de même, un minimum d’organisation s’impose. Et l’itinéraire en fait partie. Donc même si nous ne fermons aucune porte et restons ouverts à tout changement de plan, nous avons dû faire le choix de nos destinations… pour le moment. Finalement, après des moments de réflexion difficiles mais excitants, nous avons établi ensemble la liste des pays que nous souhaitons visiter. Pour ce faire, après avoir laissé libre court à nos rêves les plus fous, nous avons été forcés de tenir compte de plusieurs critères afin de créer un itinéraire réalisable :
– le coût de la vie dans chaque pays et les contraintes tarifaires liées aux billets d’avion
– le niveau de difficulté à voyager, en fonction de la situation politique, des contraintes administratives (visa et permis), des conditions d’entrée dans le pays, des moyens de transport…
– du type de voyage : escapades urbaines, treks, plage et farniente, itinérance…
– du climat : hiver rude, mousson, chaleurs extrêmes…

Nous ne nous sommes pas imposés de calendrier précis concernant le voyage, car comment être sûr du temps que nous voudrons passer dans chaque pays ? Y serons-nous à l’aise ? Ferons nous des rencontres ? Nous ne voulons pas être contraints de quitter un lieu pour respecter un timing alors que nous aurons tout juste fait connaissance avec des habitants ou croisé la route d’autres voyageurs. De même, nous voulons pouvoir quitter un endroit si nous ne nous y sentons pas bien, ou pour faire un détour imprévu… Finalement, c’est ça, la véritable aventure !

Notre itinéraire s’annonce donc comme ceci :

29 Février / Mi-avril 2016 : Chine
Mi-avril / fin-avril 2016 : Inde
Début mai 2016 : Népal
Fin mai 2016 : Inde
Début juin 2016 : Myanmar
Fin-juin 2016 : Thaïlande
Juillet 2016 : Laos
Fin-juillet / Début août 2016 : Cambodge
Fin août 2016 : Vietnam
Septembre 2016 : Indonésie
Fin septembre 2016 / Mi-Mars 2017 : Australie
Mi-mars / mi-avril 2017: Nouvelle-Zélande
Mi-avril / début mai 2017 : Chili
Mai 2017 : Argentine
Fin-mai / mi-juin 2017 : Brésil
Fin-juin /début juillet 2017 : Bolivie
Juillet 2017 : Pérou
Fin juillet / mi-août 2017 : Mexique

Pour voir tout ça sur la carte, cliquez ici