Le lac Inle, autre poésie birmane

Après quelques jours à vadrouiller au milieu des temples mystérieux de Bagan, nous revoilà sur les routes birmanes en direction d’une autre destination très prisée : le Lac Inle. Autant dire qu’il va en falloir pour nous épater après le sublime Royaume de Pagan.

Nous rejoignons la petite ville de Nyaung Shwe, à quelques kilomètres au nord du fameux lac, par un mini-bus de nuit. Le trajet dure 9 heures. L’inconvénient avec un mini-bus, c’est que même si on est peu nombreux, on est surtout très proche les uns des autres. Du coup quand le voisin vomit ou que la voisine ronfle, on est vite embêté. Impossible de dormir pour moi, la route est vraiment longue. Je fini par m’endormir vers 4 heures du matin… Mais nous voilà arrivés à l’entrée du site. Et ce coup-ci, ils sont bien là les gardes qui nous demandent de payer nos droits d’entrée gouvernementaux. Les yeux endormis, nous sortons 50$ pour régler nos deux tickets. Je n’ai qu’une hâte rejoindre l’hôtel en espérant avoir une chambre et un lit douillet. Oui mais non… Car sur le siège devant nous, une allemande d’une quarantaine d’années n’a pas envie de payer. Non non, elle refuse. Son problème c’est qu’elle a déjà payé 20$ à Bagan, alors là ça fait beaucoup ! Mais le garde s’en fiche lui, il attend. Et le mini-bus ne repart pas tant qu’elle n’a pas son ticket. Alors je tente calmement de lui expliquer qu’il n’y a pas le choix, c’est comme pour un musée, mais là c’est pour un site. Mais ça ne lui va pas, elle n’a pas envie et commence à râler sur le garde… Alors vous l’avez lu dans l’article précédent, nous avons esquivé ces fameux droits à Bagan, mais parce qu’on n’est pas tombé sur les gardes, et tant mieux, surtout quand on sait qu’une bonne partie de l’argent va à la junte militaire… Mais là, même si ça nous embête, on paye. Et on n’est pas surpris, car quand on vient visiter un pays, il y’a ce type de dépenses. Et si on se renseigne on sait précisément ce que ça va nous couter, alors après on ne râle pas parce que c’est cher, ou alors, on ne vient pas.

Bref, nos nerfs sont titillés par cette allemande qui nous fait une scène à 4 heures du mat, mais après un quart d’heure, elle lâche ses précieux billets. Le bus nous dépose au centre de la petite ville. Quelques taxis attendent là et nous proposent leur service mais nous préférons marcher, nous sommes à moins de 2 kilomètres de l’hôtel. Mais nous n’avions pas eu le temps de dire ouf que notre râleuse se met à incendier les chauffeurs de taxis. Car oui elle veut qu’on la dépose à son hôtel, vu son énorme valise, mais c’est encore trop cher pour elle. On l’entend dire aux birmans « Je ne veux pas vous parler, prenez juste mes valises. Mais taisez vous ! »… Oulalala, ça ça ne nous convient pas. Rappelez vous que nous sommes au Myanmar, soit le pays aux habitants les plus accueillants et gentils au monde, j’en suis persuadée. Du coup, on essaye de comprendre ce qu’il se passe… Mais mon envie de la gifler devenant trop forte, nous décidons de l’abandonner sur place, nous et les quelques autres voyageurs qui partent à pieds. Le comble de l’histoire… C’est que cette odieuse femme allait au même hôtel mais qu’elle ne voulait ni payer, ni porter son énorme valise (vraiment énorme je vous assure), du coup, elle a trouvé un tout gentil birman qui, de bonté de cœur, l’a suivie sur presque 2 kilomètres en portant sa valise. Ma question est donc la suivante : qu’est ce que cet affreux personnage fait, seul, dans ce pays ? Comment peut-on avoir l’envie de voyager, d’aller au delà des stations balnéaires, quand on se comporte ainsi et que l’on méprise autant les être humains ? Vous avez 4 heures…

Heureusement, le Myanmar allait, encore, nous faire oublier ces détails qui entachent notre monde.

Le Lac Inle est réputé pour la beauté de ses paysages, pour la vie qui s’organise tout autour et pour ses pêcheurs qui capturent le poisson avec une grâce toute particulière. Nous sommes restés 4 jours autour du lac tant l’endroit était paisible. Comme à notre habitude, nous avons beaucoup flâné sur les marchés.

IMG_8095

Lire la suite

Publicités