Guilin et ses environs – part 2 : Les rizières en terrasse du dos du Dragon

Samedi 9 avril, après près de 4 heures de bus dont une bonne partie sur des routes de montagne sinueuses et escarpées, nous rejoignons le district de Longsheng, à environ 100 kilomètres au nord de Guilin, toujours dans la région du Guangxi.

Pour continuer la route, il faut s’acquitter d’un droit d’entrée (plus de 20 euros par personne), comme à chaque fois en Chine, alors même qu’il s’agit de montagnes. Des femmes montent alors dans le bus encaisser l’argent et lorsque tous les passagers ont payé leur ticket, celui-ci continu son ascension jusqu’à notre point d’arrivée, le petit village de Dazhai. Enfin, nous apercevons, d’en bas, les splendides rizières appelées rizières en terrasse du dos du Dragon.

Nous sommes en début d’après midi, il était temps d’arriver car la faim nous tenaille. Nous profitons donc d’une petite terrasse au pied des rizières pour apprécier l’un de nos derniers bols de riz chinois.

IMG_0527.jpg

Dazhai est devenu célèbre en Chine dans les années 1960 car Mao a présenté le village et les quelques centaines d’agriculteurs qui y vivaient comme un modèle pour tous les paysans du pays. Il est habité par les Yao, première nationalité minoritaire de l’histoire de Chine. Leurs origines remontent à plus de 2000 ans.

Les Yao résident dans les terres montagneuses (entre 1000 et 2000 mètres d’altitude) du Sud-Ouest et du Sud de la Chine, ainsi que dans les pays limitrophes : Birmanie, Laos et Viêt Nam. À la fin du XXème siècle, ils étaient environ 2 600 000 en Chine dont 60% vivent dans le Guangxi.

Les femmes Yao sont célèbres pour une caractéristique particulière : elles ne se coupent les cheveux que deux fois dans leur vie, une fois à 18 ans, puis à 38 ans. Pour cette ethnie, la chevelure des femmes est un critère de beauté très important. Elles se coiffent en la remontant sur leur tête, et en ajoutant à leur coiffure des cheveux déjà coupés ou tombés, qu’elles ont reçus comme héritage de leur mère et de leur grand-mère.

Elles portent l’habit traditionnel, qu’elles tissent elles-mêmes, rose et noir et richement décoré de broderies.

IMG_1080

Mais le trajet n’est pas encore terminé. Dazhai est en fait formé d’un village principal et de plusieurs hameaux sur les hauteurs. Notre auberge est située dans le hameau de Tian Tou qui est évidemment le plus haut perché. Lire la suite

Publicités

Guilin et ses environs – Part 1 : Les dents du dragon et la rivière Li

Samedi 2 avril, nous quittons Chengdu pour rejoindre la ville de Guilin, plus de 1 000 km au sud est. Après avoir envisagé de prendre le train pour relier ces deux villes en 25 heures, les tarifs des billets d’avion ayant considérablement diminué, nous avons pu éviter ce très long voyage et atteindre Guilin en 1 heure de vol. Moins fatiguant !

A notre arrivée, quel changement. Il fait chaud… et humide ! Nous sommes passés de la Chine continentale, à la Chine subtropicale, une zone de mousson.

Située sur la rive du Lijiang (ou rivière Li) qui coule dans le Nord-Est du Guangxi, Guilin est réputée pour être l’une des plus belles villes du pays. A l’arrivée, ce n’est pas ce que l’on perçoit. La ville de Guilin même n’est pas particulièrement charmante… Tout est en construction, encore une fois. On marche dans la boue des travaux et esquive les scooter et motos qui roulent à une vitesse folle sur ce qu’il reste des routes.

IMG_9566

Mais en arrière plan, on aperçoit très vite que la ville est bordée d’un paysage étrange, composé de milliers de petites montagnes en forme de bosses très pentues. Il s’agit de reliefs karstiques, des montagnes de calcaire en grappes ou en monolithes isolés qui forment un paysage extraordinaire, presque surnaturel, appelé « dents du dragon ».

IMG_9556

Il y a 300 millions d’années, d’énormes quantités de calcaire se sont déposées sur les fonds des mers qui recouvrent alors une grande partie du sud-est asiatique. Sur cette terre, qui a émergé il y a 215 millions d’années suite aux mouvements de la croûte terrestre, d’innombrables séismes et le travail de l’érosion ont modelé ces collines de pierre.

Selon une ancienne légende, la mer avait jadis menacé la région de Guangxi. Un immortel, ému du sort des habitants, décida d’établir un barrage contre les eaux destructrices. Il déplaça les collines du nord de la Chine en les métamorphosant en chèvres noires, puis il conduisit cet immense troupeau vers Guilin. Lorsque les bêtes arrivèrent, un vent étrange se mit à souffler et les chèvres, une à une, reprirent leur forme originelle de collines.

Nous longeons la rivière Li qui traverse la ville, à la découverte des petits trésors de Guilin.

IMG_9740

Les pagodes du Jour et de la Nuit surplombent un lac où de nombreuses boutiques et attractions touristiques se sont installées. Mais à l’écart, quelques pécheurs attendent que leur ligne gigote.

Nous faisons aussi la connaissance d’une jolie jeune fille qui nous interpelle avec quelques mots d’anglais (ce qui est très rare en Chine, vous l’aurez compris). Son père parle anglais lui aussi, ce qui nous permet de recevoir quelques conseils pour visiter la ville.

IMG_9587

Lire la suite