Le Grand Bouddha de Leshan

Le jeudi 31 mars, nous avons pris le train en direction de Leshan à 160 km de Chengdu, dans le Sichuan. Cette ville, qui nous a paru toute petite à l’échelle de ce que nous avons visité, fait toutefois la superficie de l’île de France et compte plus de 3 millions d’habitants. Décidément, en Chine, les proportions ne sont jamais les mêmes que chez nous.

IMG_9391

C’est dans cette « petite » ville que se trouve le Grand Bouddha de Leshan, statue monumentale (à croire que les Chinois ont quelques petits complexes) taillée dans la falaise du mont Lingyun ou « montagne qui monte dans les nuages », au bord de la rivière Min.

IMG_9142

Tom avait grande hâte de découvrir cet impressionnant Bouddha depuis bien longtemps. Nous partons donc à sa conquête alors que l’air et chaud et humide. Pour la première fois, on laisse tomber les vestes.

IMG_9235

Lire la suite

Publicités

Les pandas trop mignons de Chengdu

 

Après la fatigue accumulée sur le Mont Huangshan, nous sommes allés nous reposer dans l’immense (comme toujours en Chine) ville de Chengdu. Capitale du Sichuan, elle est située au pied du plateau tibétain, au centre de la Chine de l’ouest.

C’est comme des enfants que nous attendions impatiemment cette journée car Chengdu est connue pour son Centre de recherche sur le Panda géant. Et ceux qui me connaissent savent à quel point j’aime cet animal. En même temps, qui peut ne pas l’aimer ?

A propos des Pandas, je ne veux pas faire de long discours moralisateur mais je pense qu’il est tout de même important de rappeler qu’il s’agit d’une espèce très menacée, figurant sur la liste rouge de l’UICN.

Le panda est extrêmement rare sur terre. L’ONU estime le nombre d’individus en vie à moins de 900 dont plus d’une centaine à l’état de captivité.

Leur habitat se réduit sans cesse. Autrefois présent du Myanmar (Birmanie) au nord du Vietnam, et dans l’est et le sud de la Chine, le panda a été décimé par l’agriculture et la déforestation qui en résultait. D’immenses étendues de bambou ont ainsi été détruites. Cette plante ayant un taux de reproduction très lent (30-35 ans), elle n’a pas pu se renouveler suffisamment et assez vite pour subvenir aux besoins des populations de pandas. Privés de leur habitat naturel, beaucoup d’animaux sont morts affamés. Avec la progression des habitations humaines, les pandas ont dû se retirer plus haut dans les montagnes où ils sont désormais isolés et souvent incapables de rallier les bosquets de bambous nécessaires à leur survie. Aujourd’hui, les pandas ne vivent plus que dans le centre de la Chine, dans des régions montagneuses recouvertes de forêts d’altitude, comme la province du Sichuan, certaines parties de celle du Shaanxi ou encore la Région autonome du Tibet, entre 1 800 et 3 400 mètres d’altitude.

Le changement climatique menace lui aussi cette espèce. Le panda pouvant avaler jusqu’à 38 kilos de bambou par jour, il est capital de connaître l’état de ces réserves à travers le temps. Or, plusieurs travaux montrent que la répartition mondiale du bambou a suivi les évolutions du climat. Compte tenu de leur taux de reproduction extrêmement faible, les bambous ne pourraient pas s’adapter suffisamment rapidement au changement climatique selon les prévisions de l’étude. Ainsi, les réserves disparaîtraient complètement d’ici la fin du siècle, ce qui priverait les pandas de leur habitat principal.

La Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding est un organisme à but non lucratif consacré à l’étude et la reproduction en captivité du Panda géant. Le centre a été fondé en 1987 et abrita en premier lieu 6 pandas. En 2008, 124 jeunes étaient nés au centre et la population en captivité s’élevait à 83 individus. Le 15 janvier 2012, deux pandas géants, Yuan Zi et Huan Huan, ont été accueillis au Zoo de Beauval.

Malheureusement, les programmes d’élevage des pandas menés par le gouvernement chinois dont fait partie la Base de Chengdu ne sont pas une solution suffisante à la protection de l’espèce, notamment en raison de la difficulté des réintroductions. L’homme doit encore penser à restaurer l’habitat naturel des pandas pour espérer sauver cette magnifique espèce. Mais là, je m’arrête, car on a dit pas de morale !

Comme promis, voici les photos qui devraient vous donner le sourire. Nous on était en adoration totale.

IMG_8253 Lire la suite