L’outback : Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps…

Après quelques jours à vadrouiller dans les environs de Cairns, nous partons pour de nouvelles aventures et de nouveaux paysages. Nous prenons la direction de Burketown puis nous rejoindrons Rockhampton par les terres. Nous nous lançons donc dans une longue traversée du Queensland, avec plus de 2500 kilomètres à parcourir pour ce petit bout de chemin dans l’outback. 2500 kilomètres, ça représente environ 40 heures de route, quand vous lancer votre GPS.

capture-decran-2016-11-25-a-17-24-20

A: Cairns, B : Burketown, C : Rockhampton

Pourquoi se lancer dans ce périple ? Honnêtement, pour rien de bien particulier. Mais quand on parle de l’Australie, on s’imagine tous cet immense désert, cette poussière rouge et ces kangourous sautant partout. Alors on s’est dit qu’on devait aller faire un petit tour dans les terres avant de longer la côte pour la suite de notre parcours. On avait envie d’avoir des images de cartes postales. Et puis ça fait partie du rêve de road-trip. Alors ni une ni deux, on s’est lancé. Bon en fait, avant tout, on a fait le plein. De tout. On a rempli Gary d’essence, on a rempli le frigo de nourriture et les bidons d’eau. Et c’est parti pour la grande aventure.

img_9000

img_8564

Mais dès le premier jour de route, on a réalisé à quel point le chemin serait long. On roule toute la journée, sur des lignes droites interminables, la plupart du temps au milieu de rien. Mais alors vraiment, rien du tout. Les paysages sont secs et plats à perte de vue. Il fait une chaleur de plomb, et les mouches nous tiennent compagnies lors des pauses déjeuner. On n’y avait pas pensé mais on ne capte plus de radio bien évidemment, alors souvent, c’est le silence. Le silence total… Dans le vide total.

img_8602

C’est une expérience vraiment unique en son genre. On se retrouve très vite seul. Même à deux. On se retrouve seul avec soi-même. Parce que quand on roule 7 ou 8 heures par jour toujours tout droit, on a beau avoir beaucoup en commun, il y a des moments où on n’a plus grand chose à se dire. Alors on pense. On se perd dans nos réflexions. On passe vraiment beaucoup de temps à réfléchir, à remettre certaines choses en question, à se remettre en question. Je pense que c’est assez comparable à la méditation. Sauf qu’il fait une chaleur d’enfer.

img_8579
Et puis pour la première fois de nos vies, on réalise qu’on est si petit, si insignifiant. Et il faut penser à sa survie. Il faut penser à avoir suffisamment d’eau, de nourriture au cas où quelque chose arriverait. Car sur des centaines de kilomètres, il n’y a rien ni personne. Sur la route, on ne croise que quelques camions ou 4×4 dans toute une journée. Ici, pas de borne téléphonique d’urgence. Et pas de réseau. Les gros pick-up que l’on croise sont équipés de grosse radio pour prévenir les secours, eux. Ça aussi, c’est une première. Réaliser qu’on est vraiment tout seuls. Ah ça change de l’Asie !

img_8554

img_8558

Nos journées sont rythmées par les pleins d’essences dans les roadhouses, les stops dans les quelques villes perdues au milieu de ce gigantesque désert, et le croisement des roadtrains, des camions pouvant mesurer jusqu’à 53 mètres de long qui te font serrer les fesses à chaque fois que tu les croises. Et ici, les camions roulent vite, très vite. Ce sont les Rois de la route, alors mieux vaut s’écarter pour eux, car eux ne s’arrêteront pas. D’ailleurs, compte-tenu de la taille de ces mastodontes, il leur est impossible d’effectuer un arrêt d’urgence. Ils sont donc équipés d’énormes par-buffles. Mais genre, énormes.

Ah aussi, un jour, en faisant le plein, à côté de notre petit total de 40$ sur l’écran, la pompe voisine affichait plus de 500$. Une chose est sûre, c’était ni un van, ni un 4×4…

img_8970

kump-australie-road-trip-sydney-ayers-rock-uluru-cobar-road-train-transport-mouton-2_wtmk

Parfois, on fait le plein quatre fois dans la journée. Car il peut arriver qu’il n’y ait aucune station service sur 200km. Et Gary a une autonomie de 400 kilomètres alors pas le droit à l’erreur. Et puis, des kilomètres, on en fait un sacré paquet. Même si l’on roule à 80km/heure pour diminuer notre consommation. Economie, économie. D’ailleurs, on se refuse même la clim alors qu’il fait plus de 40° dans la journée.

Quand j’y repense, des milliers de kilomètres à 80 à l’heure sous 40° dans le silence au milieu de nulle part. Ah oui, ça fait rêver…

img_9097

Mais parfois, on trouve un peu de compagnie sur la route…

img_8495

Et puis les kangourous tant attendus ont commencé à pointer le bout de leur nez. Un peu trop d’ailleurs… Même vraiment trop. Depuis notre arrivée on avait super hâte de les voir. On voyait sans cesse les panneaux les signalant sur les routes de la côte mais rien à l’horizon. Mais quand on a commencé à s’enfoncer dans les terres, voilà qu’ils gambadaient tranquillement. Puis après plusieurs centaines de kilomètres, voilà qu’ils surgissent sur la route. On commençait à voir des cadavres sur le bord, ou même en plein milieu de la voie. Et parfois, des sacrément balaises. On a pu en apercevoir qui devaient faire dans les 1m90.

Sur une route, nous avons croisé un vieux monsieur en panne avec son 4×4, alors on s’est arrêté mais il attendait déjà de l’aide. Avec son accent de l’australie profonde, il nous a dit de faire bien attention sur les kilomètres qui venaient car les kangourous se cachaient dans des petits buissons, « les bush », le long de la route et surgissaient en une seconde. Il venait d’ailleurs d’en renverser un. Et bien une fois reparti, en effet, ils était bien là. Tous. L’enfer. Toute les 5 ou 10 min une de ces bestioles décidait de traverser devant nous, comme ça. Apparaissant de nulle part. Et quand tout est couleur sable autour de vous, je vous assure que ce n’est pas évident de les repairer. Alors sur une centaine de kilomètres, on roulait à 30-40 kilomètres, de peur d’en écraser un, et aussi de perde notre caution de 3000$ pour le van.

On voulait voir des kangourous, et bien on n’a pas été déçu…

img_8645

img_8824

Dans le désert, on rencontre tout de même des paysages impressionnants et plein d’animaux. On assiste à des couchers et des levers de soleil à couper le souffle.

img_8615

img_8626

img_8920

img_8575

Des termitières par milliers. Certaines atteignent presque 2 mètres de haut.

On contemple aussi nos premières nuits étoilées dans la pureté du désert. Ces moments sont magiques.

img_9020

Pour l’anecdote, si l’on a décidé de pousser notre itinéraire jusqu’à la ville de Burketow c’est parce qu’au printemps, il s’y produit un phénomène météorologique unique au monde que les australiens ont appelé « Morning glory cloud ». Il s’agit en fait de nuage en forme de rouleau horizontal pouvant s’étendre jusqu’à 1000 kilomètre de long. Il peut même y avoir plusieurs rouleaux, un peu comme des vagues dans l’océan. Le problème, c’est qu’ils sont absolument impossible à prévoir. Mais nous on s’est dit : « allons-y ». On voulait tenter notre chance.On n’avait aucune idée de ce à quoi ça ressemblait en réalité. On avait juste lu ça sur un guide et on s’était dit « chouette ».

Bon je casse le suspens tout de suite, on ne les a pas vu. Enfin pas en vrai…

Après cette route infernale où surgissaient des centaines de kangourous, nous avons atteint des routes encore plus infernales. C’est à dire que normalement seuls les 4×4 y passent puisqu’il s’agit de « dirt road », non bitumées. Celle-ci ne sont alors que nids de poule et effet « tôle ondulée » (des corrugations). Je vous raconte pas les secousses. Même à 30km/heure, on avait la tête qui cognait au plafonnier. Et la vaisselle tapait dans tous les coins à l’arrière du van. Encore une nouvelle épreuve pour les nerfs…

desert-1

Après plusieurs heures horribles sur ces routes, nous atteignons enfin Burketow et nous trouvons des douches CHAUDES mises à dispositions pour les voyageurs. Trop bien ! On manœuvre pour se garer et là… le drame. Nous sommes enlisés. Après plus de 9 heures à rouler, à esquiver les kangourous et à se fracasser le crâne au plafond, nous voilà coincés dans la boue. Quelle journée de M**** !

On a bien du passer une heure à sortir de là. Je vous dis pas notre état ensuite. Heureusement les douches n’étaient pas loin. On en a bien profité.

Mais ce n’est pas tout. Là, on s’est rendu compte qu’on avait laissé entre-ouverte une vitre à l’arrière du van. Alors qu’on a roulé des centaines de kilomètres sur de la poussière rouge. Nonnnnn ! Il y en a partout. Sur le lit, dans les draps, dans nos sacs, sur nos vêtements, dans les tiroirs, et même dans le frigo. Outre la vitre, la poussière est tellement fine qu’elle s’infiltre partout dans l’habitacle, à travers les portes et le coffre. C’est donc au tour de Gary d’être nettoyé. Et ça, ça a encore du nous prendre une heure.

La journée est interminable. Il fait déjà nuit depuis bien longtemps à cause de ces contre-temps. On meurt de faim, mais on est trop fatigué pour se préparer quelque chose. Et il n’y a rien aux alentours. A part un bar qui semble servir à manger. Mais au moment d’y entrer, la jeune serveuse nous dit qu’il est trop tard pour dîner. Ahhhhh…. Il devait être 20h, mais en Australie, c’est tard. Il fait nuit depuis 17h30…

On tourne les talons, désespérés et épuisés. Mais la patronne nous rappelle. Elle peut nous faire une pizza. Alléluia. On en profite pour boire une bière, au fin fond du désert. Et on savoure la meilleure pizza du monde. On ne sait pas vraiment si c’était la pizza où la journée de galère qui nous a fait l’apprécier autant.

img_5872

img_5871

C’est donc en papotant avec la patronne qu’on apprend qu’on a vraiment très peu de chances de voir les fameux nuages au petit matin. Tant pis ! Franchement, on n’est plus à un échec prêt. On lui demande alors à quoi ils ressemblent, tout de même. Et surement à la vue de nos visages dépités, elle nous fait entrer dans une pièce voisine pour nous montrer une photo d’un ami à elle surfant en paramoteur sur le fameux nuage. Bon bah on se satisfera de cette image.

img_5870

Tout ça pour rien ! Ou peut-être, tout ça pour ça. C’est ça l’aventure, la vraie.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “L’outback : Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps…

  1. HAHA MERCI pour ce nouvel article.
    Avec l’enlisement et la poussière rouge… jai ri j’avoue !
    Ca a été la véritable aventure ce désert australien et malgré l’avalement des kilomètres ca avait l’air GÉNIAL 💋

    J'aime

    • Ah bah tu fais bien de rire. Moi aussi j’en ri maintenant mais sur le coup c’était pas aussi drôle. Mais tout de même, sur le coup, avec l’habitude des galères, on se disait déjà que finalement ça ferait une bonne anecdote. Ca fait passer la pilule…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s