De Hong Kong à Delhi… Un parcours semé d’embuches

Ça y’est nous sommes arrivés dans la capitale Indienne. Alors avant de finir de vous raconter nos aventures en Chine et de commencer à vous parler de l’Inde, il faut qu’on vous parle du voyage Hong Kong – Delhi, car celui là, on s’en souviendra longtemps.

Ce qui est assez surprenant, dans le fait de voyager à travers le monde au jour le jour, c’est que chaque fois qu’une difficulté se pose, on se dit « olala quelle galère »… et finalement, juste après, il y a pire ! Alors bon, on ne parle pas de problème vitaux, ce qui revient à dire que ce ne sont pas de véritables problèmes car si la santé va, tout va. Oui sauf que ça joue sur le moral tout ça… Et le moral c’est quand même sacrément important.

Jusqu’à Hong Kong…

Je commence donc depuis le début. On ne vous a pas encore raconté nos derniers jours en Chine, mais peu importe. Le lundi 11 avril, nous devions quitter la ville de Guilin, en Chine, pour rejoindre Hong Kong par le train. Pour ce faire, nous devions prendre un TGV jusqu’à la grande ville de Guangzhou au Sud Est de la Chine, traverser la ville pour rejoindre une autre gare afin de monter dans un second train nous menant directement à la gare centrale de Hong Kong. Au total, environ 6 heures de transport, mais nous sommes rodés. On vous passe les difficultés habituelles pour prendre le train chinois quand personne ne nous comprend. Nous arrivons donc à la gare de Guangzhou, toute proche de la frontière. Là, les gens parlent enfin anglais. Quel bonheur. Sauf qu’à chaque guichet où l’on se rend pour acheter le ticket pour Hong Kong, on nous dit que ce n’est pas le bon. Bien évidemment, on perd du temps à faire la queue. On s’agace, on court partout. Finalement, on loupe un premier train car nous n’avons toujours pas de ticket. On stress encore plus. Nous avions rendez vous avec un ami. Ce sera compliqué de le voir vu l’heure qui tourne. Après avoir écumé les guichets de la grande gare, nous arrivons au bon endroit. Problème, il faut payer en dollar Hong Kongais, et nous n’en avons pas encore. Sinon nous pouvons nous rendre à un autre guichet où l’on pourra payer en Yuan rimimbi (monnaie chinoise). Devant le guichetier, nous apprenons le prix, deux fois supérieur à ce que l’on avait vu sur internet et donc prévu. Quittant la Chine, nous n’avions pas retiré trop d’argent. Tom sort alors tous les billets qu’il nous reste… mais il nous manque 50 yuan, soit a peine 7 euros. Panique à bord, le prochain train part 10 minutes plus tard.  Ils n’acceptent pas la CB. Tom se met alors à courir dans toute la gare (qui encore une fois ressemble plus à un aéroport) en quête d’un distributeur. Il reviendra en sueur… Aucune de nos deux cartes bancaires n’a fonctionné dans le seul distributeur qu’il a trouvé. Ce n’est pas possible !

Encore un petit détail marrant qui ajoute du piquant à ce récit, c’est que l’ami en question que nous devions retrouver le soir même, devait nous donner une troisième carte bancaire que nous avions du faire refaire car perdue à Pékin. Et celle-ci est spécialement faite pour les voyageurs. Sauf que sans elle… nous nous retrouvons donc dans la m**** !

Finalement, avec l’aide de plusieurs jeunes gens parlant anglais (ouf !), nous trouvons une solution plus longue mais moins couteuse pour rejoindre Hong Kong.

IMG_3156

Lire la suite

Publicités